Mode opératoire

Xavier revêtit son tablier blanc, encore immaculé. Il commença à se laver les mains méticuleusement. Il débuta par le brossage des ongles puis nettoya scrupuleusement les paumes, et le dos de ses mains. La dernière étape de ce lavage chirurgical consistait à nettoyer les doigts un à un en s’attardant sur les espaces interdigitaux. C’était une routine pour lui, il faisait toujours ces gestes bien précis et codifiés avant d’opérer.

Cette fois ci il n’avait pas d’aide extérieure. Xavier avait donc méticuleusement tout préparé à l’avance. Il avait déposé tous les instruments nécessaires sur la table selon un ordre bien précis qui lui était propre. En fait il disposait ses ustensiles de gauche à droite par ordre de taille croissant.

Une fois les préliminaires terminés, il commença son ouvrage.

Il incisa la chair, avec une lame bien aiguisée, en plusieurs endroit dans le but d’ en détacher des lambeaux. Il acheva cette phase en décollant délicatement avec ses doigts, le muscle du fascia sous-jacent. Xavier les mit ensuite de côté dans un récipient sur un bord de la table; il devait s’en servir plus tard pour réaliser la reconstruction.

Une fois cette première étape terminée, il se concentra sur la seconde partie de l’opération. Il modela à la main de petites sphères avec une autre partie de chair qu’il avait préalablement disséquée très finement.  Les billes était grosses comme des clémentines, elles étaient régulières et quasiment identiques. Il s’arrêta un instant pour observer son ouvrage et reprendre son souffle. Il était satisfait de ce qu’il avait réalisé jusque là. Il détendit ses trapèzes qui s’étaient crispés pendant les différentes étapes, puis il prit une grande inspiration et reprit son travail.

Il passa alors à l’étape délicate de la reconstitution. Il prit alors un des lambeaux et l’enroula délicatement autour d’une des boules. De la main gauche il maintenait l’élément constitué  des deux substances, tandis que de la main droite il attrapa un fil un peu épais pour les assembler afin que cela soit indissociable. Il recommença cette action avec chaque morceau de muscle pré découpé.

Après une quinzaine de minute le travail était achevé. Il était vraiment fier du résultat final ! Il posa les paupiettes dans une cocotte, rajouta du bouillon et quelques carottes en rondelles. Il les mit à cuire sur un feu doux.

Le repas ravit ce soir là toute sa famille et lui aussi!

La consigne cette fois était … vous l’avez devinez … le champ lexical!

Géraldine Vedrenne Waintraub

Amoureuse de Lecture et de littérature, j'ai décidé de passer de l'autre coté! Je me suis lancée dans un atelier d'écriture, je vous partage ici mes textes écrits en fonction de consignes qui m'ont été demandée. Je partagerais aussi quelques coups de cœurs de lecture et peut être d'autre texte!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Revenir en haut de page